Rubrique Phénomènes sociaux
Enregistrements 1 à 5 sur 9

Titre Question
Bulletins à foison De plus en plus souvent je reçois dans ma boîte aux lettres des sollicitations pour verser de l'argent à différentes fondations plus ou moins connues. J'ai toujours des scrupules : poubelle ou pas poubelle ? Qu'en pensez-vous ?
Blues de l'artiste L’expansion extraordinaire des médias a démultiplié l’engouement du public pour ces stars de l’ère cathodique dont le plus petit pas, le moindre état d’âme s’étale à la une de tous les magazines branchés. Invités d’émissions dites “sérieuses”, on les écoute, on leur demande leur avis et, à coups de clichés savamment enrobés d’un investissement personnel qui sonne faux, ces artistes que les projecteurs de l’actualité propulsent au rang de démiurges, de druides, refont le monde comme ils font leur maquillage : à gros traits, grossièrement soulignés...
Le pouvoir des lâches Lorsque l’on se promène dans une ville, on ne manque jamais d’admirer l’effort consenti par les autorités pour embellir les rues et les doter de raffinements techniques, comme, par exemple, des cartes électroniques qui renseignent le touriste perdu et lui indiquent par quel chemin passer. L’installation massive, dans plusieurs grandes agglomérations, d’un système sophistiqué aux arrêts de bus qui annoncent, minute par minute, les prochaines arrivées des véhicules qui desservent le réseau fait partie de ce souci d’améliorer le confort du voyageur qui dispose d’outils sobres et modernes pour s’informer rapidement et sûrement. Au détour de conversations, cependant, on entend souvent le même commentaire, à savoir qu’il s’agit là de cibles idéales pour des actes de vandalisme qui créent le chaos là où on a voulu de l’ordre et la tristesse là où on a cherché la joie...
Empreintes sur papier-glacé Depuis quelques mois on ne parle plus que de ces mannequins grassement rétribués pour passer leur temps et leur vie sous l’oeil avide des paparazzi... Comment expliquer cet engouement ?
Sur la corde raide Lorsqu’il s’agit de donner un visage à la toxicomanie, nous l’associons le plus souvent aux images cauchemardesques des scènes ouvertes de la drogue. Et pourtant ce n’est que la face visible d’un phénomène qui surprend par son ampleur “souterraine”: sur environ 40000 toxicomanes, en Suisse, 60% seraient plus ou moins normalement intégrés dans la société, jonglant tels des funambules sur une corde raide entre une vie rangée, sans plis apparents, et une consommation régulière mais discrète de stupéfiants.