mieux-etre.ch

Mariage en grande pompe

La question

Notre fils unique, de nature peu mature et volage, s’est marié il y a deux ans. 15 mois plus tard, il a divorcé avec fracas. Puis il a rencontré une nouvelle compagne et aujourd’hui, il nous annonce son mariage en grande pompe... Mais à quoi bon marquer cet événement d’une pierre blanche si de toutes façons cette union cassera d’ici peu?

Le proverbe du sage Nô-Mi

Ce n’est pas parce que ta récolte fut maigre cette année que ta terre est aride à jamais...

 

La réponse du psy

On dit souvent que le mariage est le plus beau jour de la vie. Et l’on souhaite en faire une fête digne de cette réputation! C’est à la fois un rite social, une reconnaissance officielle, un moment de bonheur partagé avec la famille, les proches et les amis. Mais ce n’est pas parce que le champagne coule à flots, que les rires et les sourires illuminent une journée pas comme les autres que l’union du couple sera une réussite. Dans le grand jeu de la destinée, quatre mariages sur dix environ passent par la case “divorce” ou “séparation”, sans compter les turbulences en cours de route qui réaffirment constamment que rien n’est jamais gagné d’avance. Je comprends qu’aujourd’hui vous ayez quelques réticences à foncer tête baissée dans le nouveau projet de vie de votre fils. Vous êtes sans doute inquiets quant à sa décision, d’autant plus que vous le jugez immature et volage. Et ça vous fait mal au coeur de penser que ce mariage se soldera peut-être par une catastrophe en fin de compte. Mais à votre place je ne peindrais pas le diable sur la muraille: qui sait ce que vous réservent les années à venir? Je ne peux évidemment pas vous dire que vous avez tort de vous tracasser et que ce n’est pas “normal” qu’un mariage en “grande pompe” vous reste en travers de la gorge parce que rien n’est plus facile à une personne extérieure, peu impliquée de dispenser sa généreuse morale et ses conseils trempés dans le bon-sens. Mais je pense qu’en manifestant trop de réticences, vous risquez de vous faire beaucoup de mal et de détériorer les relations que vous entretenez avec votre fils. A votre place, j’irais de l’avant avec prudence certes mais avec l’espoir que cette deuxième “tentative” sera la bonne et apportera à ce nouveau couple tout le bonheur et toute la longévité à laquelle chacun et chacune aspire en prononçant un “oui” pour la vie, pour l’éternité.