mieux-etre.ch

Mission Cruise

La question

Lors d’une récente interview accordée à une grande chaîne de télévision américaine, Tom Cruise a déclaré qu’il planchait actuellement sur un projet très attendu par ses nombreux fans: une nouvelle “Mission impossible”, orchestrée par John Woo, l’asiatique le plus nerveux d’Hollywood. Et il a d’ores et déjà annoncé la couleur: plus de cascades, davantage de péripéties et des plans spectaculaires boostées à l‘adrénaline.

 

La réponse du psy

Bref, de quoi souffler le meilleur du pop-corn. Cerise sur le marshmallow: les acrobaties, Cruise en redemande et dit vouloir effecter la plupart des scènes périlleuses lui-même, comme dans l’opus 2 qui, il faut bien l’avouer, donnait un peu le vertige. Les spectateurs frémissent: Cruise va-t-il se rompre les os au cours du tournage? Ne surestime-t-il pas ses limites? Au risque d’en décevoir quelques-uns, il faut tout de même souligner que ce qui est bon pour la promo ne correspond pas (toujours) à la stricte vérité: le courageux Tom est acrroché à une falaise? Oui, mais on a soigneusement effacé digitalement le harnais et les câbles qui le retiennent. L’intrépide Tom joue aux arobates de la moto? Bien sûr, mais en plus des innombrables trucages mécaniques et visuels, on l’entoure de telles précautions qu’il serait bien plus exposé aux accidents sur un tricycle... Il ne fait aucun doute que Tom Cruise possède de nombreux atouts physiques et que son entraînement le rendrait probablement capable d’exécuter lui-même quelques cascades ébouriffantes. Mais aucune assurance n’accepterait qu’une telle star ne prenne le moindre risque. Question d’argent, de timing et de simple logique commerciale: il y a suffisamment de doublures faciles à remplacer... Et puis le planning de tournage ne le permettrait pas: les scènes d’action sont réalisées par plusieurs équipes, les vedettes n’intervenant qu’en dernier ressort pour les plans rapprochés et les quelques répliques spirituelles qui mettront un peu de piment intellectuel dans le poivre de l’image. Mais il faut bien entretenir le rêve du super-héros: l’étiquette de “casse-cou”, ça vaut son pesant de millions!