mieux-etre.ch

Gloire et sang

La question

L’être humain a de nombreux besoins physiques et psychiques, sans lesquels il ne pourrait tout simplement pas survivre: s’il est évident qu’en l’absence de nourriture ou d’oxygène il périrait à plus ou moins brève échéance, on imagine plus difficilement quels répercussions auraient un manque soudain d’amour, d’estime, et de toutes ces “gratifications” qui mettent l’individu en valeur et lui donnent le sentiment apaisant et rassurant d’appartenir à un groupe et de posséder un ensemble de références stables.

Le proverbe du sage Nô-Mi

La gloire est avide de sang et elle boira le tien lorsque les autres auront fini de te donner le leur...

 

La réponse du psy

Il y a essentiellement deux types de “gloires”: celle que l’on obtient par un long travail minutieux et patient et celle qui nous tombe dessus, comme par miracle. Les deux sont fortement tributaires de la chance, et se manifestent à la faveur d’un ou plusieurs événements qui braquent soudain le puissant faisceau de popularité sur une personne promue au rang de vedette. Si la première est logiquement plus solide et plus durable que la seconde, les deux sont néanmoins faites d’une étoffe appelée “éphémère”.

- La gloire a pour effet de combler d’un seul coup tous les besoins vitaux psychiques, sans compter que les conditions matérielles permettent elles aussi d’assurer un solide confort sur le plan physique. Tout le monde vous aime, vous admire et vous permet de briller de mille feux, comme une étoile, une star.

- Ce qui apparaît d’abord comme un rêve obéit malheureusement aux mêmes lois que tout ce qui se répète: l’exceptionnel se mue en routine et le fait d’être ainsi le centre de l’univers devient parfaitement naturel. Le réservoir de nos besoins psychiques s’adapte et s’habitue à recevoir tous les bienfaits que réserve le statut de célébrité.

- Mais d’un seul coup le phare de la notoriété déplace son champ de lumière et l’on se retrouve dans les ténèbres, privé de tout repère et terrifié par le vide et le silence qui succèdent à l’euphorie et aux clameurs.

- Sur son char de parade, César avait fait graver cette devise en lettres d’or: “La gloire est avide de sang et elle boira le tien lorsque les autres auront fini de te donner le leur...”