mieux-etre.ch

Liens du coeur

La question

Ou pourquoi rien ne sert de chercher une aiguille dans une botte de foin...

Le proverbe du sage Nô-Mi

Je veux bien que votre voeu soit exaucé mais à mon tour d’exiger: une fois détachés, je vous disperserai et vous devrez vous retrouver...

 

La réponse du psy

Avec la plage, le soleil et les vacances, l’homme et la femme, aussi connus sous le sobriquet commun de “homo sapiens”, se prennent à rêver: là-bas, sous les cocotiers, cette créature à deux pattes ne serait-elle pas, par le plus fou des hasards, l’élu(e), l’âme soeur, la douce moitié, bref, cette personne unique au monde qui matera cette damnée solitude du coeur? Bien sûr, il y a son - ou sa - partenaire mais que de routine dans cette relation qui a tellement roulé qu’on ne se souvient même plus d’où elle vient et, surtout, où elle va! Un couple, c’est comme du sirop: à force de le mélanger à l’eau qui coule sous les ponts, il perd toute sa saveur, et le temps libre passé à bouquiner sur une plage ensoleillée est propice à voir sa “Bobonne” ou son “Jules” comme preuve que l’erreur est humaine... Le courrier que vous nous envoyez montre que l’angelot bouffi qui tire ses flèches perché sur un nuage en se faisant appeler “Cupidon” a pris ses quartiers d’été dans nos régions et qu’il s’entraîne à viser les coeurs, histoire de ne pas s’endormir sur un Cumulo Nimbus. Que de rencontres décisives sous le ciel étoilé qui mettent en émoi cette vie qui s’enlise depuis des mois. Que de changements, de bouleversements, d’agitation et de bruit autour de ces flirts torrides qui fleurissent à l’ombre d’une garden-party ou d’un festival et qui durent l’espace d’une chanson à succès. Que de vacances qui se terminent sur le fracas de vaisselle brisée, de valises qui se bouclent définitivement et de portes qui claquent sur un “Je te quitte” sec et sonore. Vous l’aurez compris - si ce n’est vécu - c’est la saison des amours et aussi des ruptures. Non, non, ne craignez rien, ce n’est pas un virus, c’est simplement une logique: en été, fais ce qu’il te plaît...

Alors, LA question qui revient sans cesse c’est à peu près: “Est-elle (ou est-il) la femme (l’homme) qui m’était destinée (sans “e” pour la parenthèse et les aficionados des dédoublements féminin-masculin), mon âme soeur?” Ce qui serait pratique, dans pareil cas, ce serait de commercialiser un test qui serait vendu en pharmacie: jaune, c’est oui, bleu c’est non, réponse en trente secondes. Du coup, l’amour deviendrait une science exacte et nous n’aurions plus besoin de lire notre horoscope pour savoir si notre bonne étoile est favorable au fameux “coup de foudre”, autrement dit ce flash sans photo qui nous transporte illico au 7 e ciel. Mais la chimie a ses limites et il est bien probable que nous soyons encore longtemps tributaires des prévisions de Madame Soleil et des caprices de Monsieur Hasard. Si toutefois la chance frappe à la porte de votre cabine de plage, avant de vous jeter tête baissée dans les filets du bonheur, prenez le temps de regarder où vous posez les pieds. Car tout ce qui brille - et aveugle - n’est pas or, comme ne l’a pas dit le sage Nô-Mi mais quelqu’un d’autre qui occupait le même créneau. Les suggestions à faire et les précautions à prendre sont bien entendu nombreuses, mais au lieu d’en faire une liste approximative qui, par ailleurs, ne s’appliquera bien entendu pas à votre situation particulière, je vous propose de lire un petit conte qui vous illustrera à sa façon pourquoi avant de tout plaquer, il vaut mieux prendre le temps d’y réfléchir à deux fois...

Les Contes de Nô-Mi:

Il y a fort longtemps, la terre était un vaste paradis. Le Créateur avait pensé à tout. Ainsi, même la solitude et la mésentente avaient été bannis car à chaque âme correspondait un double qui lui était solidement attaché par le coeur. Les hommes et les femmes vivaient ensemble en paix et les couples étaient aussi gracieux qu’harmonieux. Un jour, cependant, un de ces liens se brisa, pour une raison inconnue à ce jour, et les deux tourtereaux, d’abord paniqués à l’idée de se trouver séparés, y perçurent une nouvelle liberté qu’ils ne connaissaient point encore. Et, comme souvent lorsque l’on découvre un nouveau pouvoir, ils en abusèrent, semant la zizanie chez leurs pairs qui, jaloux et envieux, réclamèrent à leur tour le droit d’être libérés l’un de l’autre. Le Créateur, essayant de calmer la clameur, proposa un marché: “Je veux bien que votre voeu soit exaucé mais à mon tour d’exiger. Une fois détachés, je vous disperserai et vous devrez vous retrouver...” Ainsi fut et une immense bousculade s’ensuivit. Certains se tinrent très fort par la main et demeurèrent unis alors que d’autres, irrémédiablement se voyaient éloignés. Et lorsque la nuit tomba, beaucoup d’hommes et beaucoup de femmes, pour la première fois, sentirent sur eux s’abattre l’isolement. Et depuis lors, tous les habitants de la terre cherchent en vain à recréer ce lien, perdus dans une foule de plus en plus dense qui, jadis, à jamais engloutit le paradis...