mieux-etre.ch

Attention, têtes pleines

La question

Comme chaque année, les campagnes de prévention se multiplient : des visages souriants de charmants petits écoliers fleurissent sur des supports publicitaires, aux abords des écoles, dans les journaux et à la télévision pour inciter les automobilistes à redoubler de vigilance et d’attention partout où des enfants, la tête encore pleine de souvenirs rayonnants de vacances, se rendront à pied, en transports publics ou à vélo vers ces grandes bâtisses synonymes de rentrée scolaire.

Le proverbe du sage Nô-Mi

Que valent 5 secondes de vitesse contre une éternité de destin?

 

La réponse du psy

De nombreux conducteurs, eux-mêmes parents, savent bien que le macadam regorge de dangers pour ces petits qui n’ont pas encore acquis toute l’expérience de bison-futé. Une balle de foot qui s’égare, des bousculades sur le trottoir, un bus à prendre à tout prix... la liste est longue et, calmement arrêté à un feu rouge, on a tout le temps et le loisir de se rendre compte à quel point certaines réactions sont imprévisibles, en particulier lorsque tout ce petit monde se déplace aux heures de pointe. Mais si tous les automobilistes savent qu’il y a des risques, pourquoi sans cesse leur rappeler les règles élémentaires de la prudence ? Ne sont-ils pas adultes et donc pleinement conscients de leurs responsabilités au volant de leur bolide ? Peut-être. Et pourtant, les sinistres rapports d’accidents impliquant des écoliers fauchés sur la route alors qu’ils avaient encore tout le chemin de leur vie à parcourir laisse supposer que l’on ne saurait invoquer la seule fatalité. “On y a pensé, à freiner, à faire attention, à modérer sa vitesse. Mais, que voulez-vous, le réveil avait sonné avec 10 minutes de retard, la conférence commençait à 8 heures pile et on ne savait pas où parquer dans ce chaos appelé trafic. Alors on a forcé l’allure, les yeux rivés sur une potentielle parcelle de terrain entre deux voitures, pour garer la sienne. Si on avait su...” Ah bon ? Parce que vous ne saviez pas ? “Bien sûr que si, mais là, c’était différent. Inattendu. Bête. Et injuste.” Presque tous les accidents sont précisément dus à ce facteur “stress” qui modifie nos comportements et nos attitudes et nous fait oublier l’essentiel, à savoir que cinq minutes de perdues dans une belle carrière ne sont rien en comparaison d’une vie entière dévastée. Et c’est pour cette raison que l’on ne fera jamais assez de prévention, comme si le clou que l’on cherche à enfoncer dans la tête des conducteurs peinait à y maintenir en grandes lettres le fameux panneau “ATTENTION ! ENFANTS !”.