mieux-etre.ch

Langage non verbal

La question

Notre présentation physique est un peu le miroir de notre âme. C’est ce qu’ont pu montrer les nombreuses études menées notamment par Paul Ekman aux États-Unis sur ce qu’on appelle le “langage du corps”.

 

La réponse du psy

Les cheveux et les vêtements y jouent bien évidemment un rôle primordial. Mais, alors que notre habillement reflète plutôt une volonté consciente “d’impressionner” nos interlocuteurs, la coupe de cheveux reflète davantage notre face “intime”, ce qui se passe en nous à l’abri des regards indiscrets. Ainsi, on a pu constater que les personnes qui subissent une opération de chirurgie esthétique faciale ne s’acceptent pas tant qu’elles n’ont pas rendu visite aux ciseaux du coiffeur. De même, au sortir d’une crise existentielle, beaucoup de gens ressentent le besoin de “changer de peau” et, partant, de “look”. Les cheveux sont bien plus qu’un simple ornement sur la tête, ils mettent en valeur notre visage, et plus particulièrement notre regard et notre expression. Tout le monde a sans doute fait l’expérience désagréable de rencontrer un ami ou une amie qui arbore une nouvelle coupe : on a alors la désagréable sensation de ne plus reconnaître l’autre et il nous faut un certain temps pour retrouver nos marques, pour nous habituer. C’est tellement vrai que certaines vedettes ont bâti une part de leur légende sur leur chevelure : Elvis Presley, James Dean ou encore le groupe ZZ-Top sont indissociables de leur brushing typique. Et certains y ont même sacrifié leur précieuse pilosité crânienne : Yul Brynner doit sa carrière à sa tête d’oeuf et Telly Savalas (alias Kojak) à sa gueule de sucette glacée. Les métamorphoses de Hillary Clinton, indépendamment des influences de conseillers en “image publique” (qui ont pu lui suggérer d’adapter sa présentation pour améliorer son impact auprès de ses pairs), révèle incontestablement que sous des airs de femme déterminée et forte, prête à affronter sans sourciller les tempêtes du destin, il y a une personne sensible et orgueilleuse qui a souffert des rebuffades et autres refus essuyés et endurés au cours de ces derniers mois : quand “Billary la battante” devient “Hillary la battue”, elle change de coiffure en espérant ainsi garder la face. D’abord pour l’opinion publique qui en a fait une “star médiatique”, ensuite - et surtout - pour elle-même puisque depuis Blanche-Neige, ce sont les miroirs qui osent dire ce que l’on est et ce que l’on n’est plus...