mieux-etre.ch

Et si on allait se cuire un oeuf?

La question

Mon adorable grand-mère n’arrive pas à comprendre qu’à 15 ans on n’a plus l’âge de chercher des oeufs dans le jardin, le jour de Pâques. Comment lui faire accepter que je ne suis plus un bébé ?

Le proverbe du sage Nô-Mi

Tant que tu le regarderas de loin et avant que tu t’en approches, même le plus grand des géants te paraîtra petit...

 

La réponse du psy

Le problème que vous évoquez fait partie de ces tracasseries liées à la transition entre l’enfance et l’âge adulte. On grandit vite et soudain on se rend compte que sa parenté, son entourage n’a pas suivi le mouvement : on a cette désagréable sensation d’être pris pour quelqu’un que l’on n’est plus (et que l’on ne veut plus être) et c’est les dents serrées et les nerfs à vif que l’on traverse des situations embarrassantes où les autres croient s’adresser à un enfant, alors qu’il s’est métamorphosé. C’est un peu comme le papillon que l’on appelle chenille, le tableau que l’on qualifie d’esquisse ou le fruit mûr que l’on croit encore vert... Mais heureusement, ce n’est qu’une étape gênante dans le développement de toute personne. Plus ou moins longue et difficile à passer, elle nécessite cependant quelques mises au point qui passeront généralement par le canal de ses parents. Pour votre grand-mère, vous n’avez pas changé, même si vous vous êtes transformé : elle continue à vous percevoir comme le “chérubin” qui est venu ensoleiller sa vie. Si vous vous braquez contre elle, et manifestez des propos ou des conduites trop “affirmées” vous risquez de lui infliger une douleur morale inutile. En d’autres termes, si vous l’envoyez se aire cuire un oeuf, vous la blesserez et ce n’est manifestement pas une bonne solution. Vos parents, par contre, peuvent davantage se permettre de mettre les points sur les i. Votre grand-mère les côtoie en “adultes” et ne sera pas effarouchée d’entendre que vous n’êtes plus l’enfant en culottes courtes qui, il y a encore quelques années, piaffait d’impatience avant de s’élancer à la recherche des oeufs dissimulés sous les buissons. Par ailleurs, il serait également judicieux de changer les habitudes pascales : proposez, par exemple, que toute la famille parte en excursion, couronnée par un bon repas dans un restaurant. Ainsi vous éviterez d’être incommodé par la “tradition” et le changement s’opérera en douceur. Rassurez-vous, votre grand-mère vous verra bientôt d’un autre oeil, le temps qu’elle s’habitue à vous considérer comme une personne au seuil de l’âge adulte, avec la complicité de votre mère ou de votre père qui sauront certainement trouver les bons mots pour vous définir sous un nouveau jour.